Édito

Cécilia Bovet, Delphine Jeanneret

Co-directrices

Toute l’équipe du Festival Cinéma Jeune Public se réjouit de vous retrouver pour sa 6ème édition qui cette année s’invitera exceptionnellement chez vous du 25 novembre au 24 décembre 2020 à défaut d’avoir lieu dans les salles de cinéma.

Au printemps 2020, nous avons été profondément touché·e·x·s par l’enthousiasme de notre public qui a pu découvrir une sélection de films de nos éditions passées au travers de notre newsletter. La situation est certes différente cet automne mais nous avons décidé de proposer une partie de notre programme en ligne, disponible à prix libre, afin de maintenir une proposition de cinéma pour notre audience principalement composée de familles, d’enfants et de jeunes. 

Nous restons bien évidemment convaincu·e·x·s que les actions culturelles au niveau local, étroitement liées avec le tissu socio-culturel de proximité sont aujourd’hui plus que jamais primordiales pour permettre de continuer à créer du lien de manière collective. De plus, nous sommes persuadé·e·x·s  de l’importance de notre mission de questionner le monde à travers le cinéma.

Ainsi, le Festival propose un programme original de films et d’ateliers destinés au jeune public et aux familles autour de la thématique « Prendre soin du monde ».  Cette année, le Festival regarde le monde vivant à travers le cinéma, part à la rencontre de la nature avec laquelle nous vivons, propose des pistes pour en en prendre soin, fait rêver à d’autres mondes et se rappelle que « on n’est jamais trop petit·e pour faire une différence » comme le disait Greta Thunberg en 2018.

Bien que l’édition 2020 se passe en ligne, plusieurs ateliers participatifs ont eu lieu en amont du Festival, d’autres sont repoussés et les jurys se réuniront en ligne. Par ailleurs, le très populaire programme pour les écoles est repensé en fonction des possibilités de chaque établissement afin d’offrir un film et une activité de médiation malgré la distance. Le Festival met aussi un accent particulier sur la relève du cinéma suisse et internationale en montrant de nombreux premiers courts métrages de jeunes cinéastes dont la moitié sont des réalisatrices. 

Cette année, Marjolaine Perreten, réalisatrice lausannoise de films d’animation, formée à l’ERACOM et bien connue du public du Festival pour y avoir présenté de nombreux films et conçu des ateliers créatifs, signe la bande-annonce du Festival avec une fable aux couleurs pastels sur les enjeux climatiques. 

Nous tenons à remercier chaleureusement les cinéastes et artistes qui nous ont fait confiance jusqu’au bout et qui ont accepté de montrer leurs films en ligne. De plus, nous ne remercierons jamais assez les nombreux soutiens et partenaires qui croient en notre Festival depuis maintenant 6 ans. 

Prenez bien soin de vous et des autres, prenez bien soin du monde !

Teaser de la 6e édition

Réalisation: Marjolaine Perretten

Ateliers

dès 4
Ans

Virevolte

L’atelier Virevolte est une activité qui permet de fabriquer en un clin d’œil un livre de poche avec un dessin surprise réalisé par l’illustratrice Elisa Géhin, que petit·e·x·s  et grand·e·x·s pourront colorier et détourner. Un moment imaginé et animé par l’association Cinématismes.

Proposé par

Association Cinématismes
Elisa Géhin

dès 4
Ans

Réalisation

L’atelier réalisation est destiné aux enfants et jeunes du foyer de Romainmôtier, et propose aux participant·e·x·s de créer un court métrage en prise de vue réelle. Ils et elles travaillent avec le réalisateur Yann Bétant dans un studio de tournage installé spécialement pour l’occasion.

Proposé par

Yann Bétant Réalisateur

dès 5
Ans

Animation en stop-motion

L’atelier animation en stop-motion est destiné aux jeunes de la Maison de quartier de Chailly. Cet atelier accompagné·e·x·s par la réalisatrice et animatrice Cécile Brun, propose aux enfants d’expérimenter le principe de l’animation image par image en créant des séquences de films en stop motion.

Proposé par

Cécile Brun Réalisatrice et animatrice

dès 6
Ans

Techniques d’animation au crayon

L’atelier techniques d’animation au crayon est destiné aux enfants et jeunes des APEMS et Maisons de quartier de Lausanne et propose aux participant·e·x·s de revenir sur le contexte du film Le Garçon et le monde de Alê Abreu (Brésil, 2013) et de s’initier aux techniques d’animation au crayon.

Proposé par

7 — 11
Ans

Bruits sauvages

Bruits sauvages est un atelier qui a pour mission de rythmer et sonoriser un film par des bruitages et des musiques improvisées avec de Marcin de Morsier, musicien compositeur. Grâce à quelques objets de récupération, il s’agira de produire des sons afin de donner vie aux éléments et personnages présents à l’image. 

Proposé par

Marcin de Morsier Compositeur

7 — 13
Ans

Comment devenir une licorne sympa

Comment devenir une licorne sympa est un atelier en compagnie de l’artiste et metteur en scène Simon Senn, accompagné par Quentin Lannes, qui proposent aux enfants de créer leur clone numérique à animer grâce à un casque de réalité virtuelle. Devenir une licorne, un géant…toutes les transformations sont possibles pour prendre soin du monde ! 

Proposé par

Simon Senn Artiste et metteur en scène

8 — 12
Ans

Création musicale

L’atelier création musicale invite les enfants à participer à une création collective de musique de film. Les films sur lesquels travailleront les jeunes musicien·ne·x·s sont une ode à la nature à travers des plantes et des fleurs filmées, animées, observées. Encadré·e·s par les musiciens et enseignants Benoît Moreau, Luc Müller et Marcin  de  Morsier, le groupe exercera sa capacité à écouter et jouer ensemble, tout en respectant le rythme imposé par l’image. L’atelier se déroule sur plusieurs week-ends pour présenter un ciné-concert public pendant le Festival.

Proposé par

Benoît Moreau Musicien
Luc Müller Enseignant à l’EJMA
Marcin  de  Morsier Compositeur

8 — 11
Ans

Jury des enfants

Le Jury des enfants, composé de 5 enfants âgés de 8 à 11 ans, visionne des courts métrages et remet un prix d’une valeur de CHF 1000.- à l’un des films du programme en Compétition Internationale. Les enfants se mettent littéralement dans la peau d’un jury de festival. Ils et elles sont encouragé·e·x·s à décrire les films et à en débattre ensemble. Les membres du Jury remettent le prix lors de la cérémonie de clôture du festival et expriment leurs motivations.

Proposé par

12 — 15
Ans

Jury des jeunes

Le Jury des jeunes, composé de 5 jeunes âgés de 12 à 15 ans, visionne des courts métrages et remet un prix d’une valeur de CHF 1000.- à un des films du programme en Compétition Internationale.  Des activités encadrées par l’équipe de programmation du festival encouragent les membres du jury à reconnaître leur propre sensibilité face aux films visionnés, à exprimer et à partager leurs impressions. Les membres du Jury remettent le prix lors de la cérémonie de clôture du festival et expriment leurs motivations.

Proposé par

16 — 21
Ans

Comité artistique des jeunes

L’atelier Comité artistique des jeunes invite un groupe de jeunes adultes de 16 à 21 ans à participer à la sélection des films du festival. Le comité, composé de cinq membres, visionne trois films durant le mois d’octobre et désigne lequel sera à l’affiche du festival. Les membres du comité présentent ensuite le film au public pendant le festival.

Proposé par

Projections

0
Ans

Prix de la 6ème édition en ligne

Prix du Jury des enfants 

Compétition internationale de courts métrages « La Roue Tourne ». Le Jury des enfants, composé de 7 membres âgé·e·x·s de 8 à 11 ans, a choisi de donner le Prix du Jury des enfants à Circuit de Delia Hess. Le Jury des enfants a choisi de donner une mention spéciale à Pourquoi les limaces n’ont pas de jambes de Aline Höchuli.

Prix du Jury des jeunes 

Compétition internationale de courts métrages « Nature profonde ». Les 6 membres, âgé·e·x·s 12 à 15 ans remettent le Prix du Jury des jeunes à Newspaper News de Sophie Laskar-Haller. Le Jury des jeunes aimerait donner une mention spéciale à Fauve de Jeremy Comte.

Prix des classes

Après un vote très serré, c’est le court métrage Un lynx dans la ville de la réalisatrice Nina Bisiarina du programme Sauve qui peut! qui a été sélectionné par le jury composé de plusieurs centaines d’élèves de la région.

   2020

0 (8)
Ans

Le Garçon et le Monde (O Menino e o Mundo)

Film d’ouverture

Un petit garçon quitte son village et part à la recherche de son père. Comme une Odyssée dans l’autre sens, il traverse différents mondes où le merveilleux fait face à l’immensité de la ville et la cruauté du monde du travail. Véritable carnaval de couleurs, le dessin unique en son genre laisse apparaître la matière, les coups de crayons et les aplats de couleurs pour un résultat vivant et inspiré. Un voyage lyrique et onirique illustrant les enjeux de la mondialisation à travers le regard d’un enfant.

  • Animation

83′

Sans dialogue

Alê Abreu

BR   2013

Les films du Préau


0 (6)
Ans

Au Bout du monde

Carte blanche au Petit Black Movie

Alors que notre planète crie au secours et que les adultes ne semblent pas l’écouter, des enfants accompagnés de merveilleux animaux se sont donnés rendez-vous pour prendre soin du monde. Singes, hérissons, moineaux, crocodiles, canards, zèbres et panthères rêvent d’une planète sur laquelle ils et elles sont respectés tout comme ils et elles respectent la nature dans laquelle ils et elles vivent. Ce programme de films offre une réflexion sur l’écologie à travers des dessins animés magiques et ludiques.

  • Animation

46 ‘

1 / 7

Big Booom

Tourné en plan séquence, cet amusant film nous emmène dans un voyage humoristique à travers l’histoire de notre planète et nous demande de respecter le monde dans lequel nous vivons.

Marat Narimanov

RU 2016  4’  Sans dialogue

Marat Narimanov

2 / 7

Nimbus, o caçador de nuvens

Un petit garçon s’amuse à capturer la nature. Pendant une tempête tous ses trésors lui échappent. Nimbus, entame alors un voyage à travers la forêt et par delà les montagnes, pour finir la tête dans les étoiles et changer sa perspective sur le monde.

Marco Nick

BR 2016  17’  Sans dialogue

Cento e Oito Filmes

3 / 7

Dangerous Migration Route

Les oiseaux qui s’envolent joyeusement vers le sud de l’Afrique rencontrent toutes sortes de fins malheureuses, dans cette adorable chansonnette animée sur les dangers de la migration des oiseaux.

Chintis Lundgren

EE 2011  1’ 

Chintis Lundgreni Animatsioonistuudio

Image du film Dangerous Migration Route

4 / 7

Um Dia de Trânsito

La ville, ce n’est pas que le béton et les klaxons ! C’est aussi un formidable terrain d’aventure et d’exploration où le partage s’impose comme une valeur essentielle et où parfois la magie s’invite, lorsque les rôles parents-enfants se trouvent inversés… Laissez-vous surprendre !

Daniel Epsztein Kanczuk

BR 2014  4’ 

Image du film Um Dia de Trânsito

5 / 7

Le crocodile ne me fait pas peur

Il était une fois un crocodile qui n’aimait pas chasser.

Marc Riba & Anna Solanas

ES 2018  4’  VOSTFR

I+G Stop Motion, Anna Solonas

6 / 7

Snowflake

Un flocon de neige crée la confusion dans la vie d’un garçon africain et des animaux de la savane. Une merveilleuse animation musicale qui explore les contrastes à travers les couleurs et les thèmes.

Natalia Chernysheva

RU 2012  6’  Sans dialogue

Vladimir Gasiev

7 / 7

Hedgehogs and the City

Par un matin de printemps, les animaux se réveillent de leur long hibernage et découvrent que la forêt a été tranformée en ville…

Evalds Lacis

LV 2013  10’  Sans dialogue

Autour de Minuit

Image du film Hedgehogs and the City

0 (6)
Ans

Sauve-qui-peut!

Programme de courts métrages – Compétition internationale

Dans des univers colorés, dessinés et animés, les personnages et leurs ami·e·x·s partent à l’aventure. Depuis les fonds marins colorés jusqu’aux îles de plastiques, de la noble forêt à la ville bruyante, du monde des adultes à celui des enfants, explorent la nature et ses surprises.

  • Animation

40 ‘

Sans dialogue & VOFR

1 / 6

Plastic

Un oiseau nous guide dans un monde aux couleurs « plastique ».

Sébastien Baillou

BE 2018  7’  VF

Sébastien Baillou

Image du film Plastic

2 / 6

Island

Sur une petite île, un groupe de créatures exotiques se croisent.

Max Mörtl, Robert Löbel

DE 2018  3’ 

Robert Löbel

3 / 6

Boriya

Un été, dans la campagne coréenne. Bori, une fillette de 7 ans, s’ennuie dans la ferme familiale. Tout le monde est occupé, sauf elle, car c’est la saison des récoltes. Elle cherche désespérément quelqu’un avec qui jouer… mais rien ne se passe comme elle l’avait imaginé.

Min Sung Ah

KR 2019  16’ 

Marmita Films

Image du film Boriya

4 / 6

Nature

Les habitants de la forêt accueillent un oiseau en peine et tout prend vie dans un délicat opéra miniature, le temps d’une chanson enjouée.

Isis Leterrier

FR 2019  3’ 

Tant mieux

5 / 6

Un Lynx dans la ville

Un lynx curieux quitte sa forêt, attiré par les lumières de la ville voisine. Il s’y amuse beaucoup, jusqu’à ce qu’il s’endorme au milieu d’un parking. Au petit matin, les habitants étonnés découvrent cet étrange animal recouvert de neige.

Nina Bisiarina

FR, CH 2019  7’ 

Folimage

6 / 6

The Little Bird and The Bees

Un petit oiseau qui ne peut pas encore voler, explore sa forêt et rencontre de nouveaux amis. Il est toujours suivi par un renard affamé et maladroit.

Lena von Döhren

CH 2020  4’ 

Schattenkabinett


6 (10)
Ans

Fleurs en folie

Ciné-concert

Des années 1910 à aujourd’hui, le programme de courts métrages Fleurs en folie, forme un bouquet floral qui célèbre la magie de la croissance des fleurs, la beauté de jardins délirants ou de buissons sauvages. La puissance du cinéma anime avec frénésie ou douceur les tiges, pétales, feuilles et racines. Les films sont accompagnés par un orchestre d’enfants qui s’amusent à rythmer, harmoniser ou désaccorder les images de ces fleurs en folie.

  • Expérimental

45 ‘

Sans dialogue

1 / 9

Das Blumenwunder

À l’aube des années 1920, la grande entreprise chimique d’outre-Rhin BASF, souhaitant promouvoir un engrais, demande à Max Reichmann de filmer la vie des fleurs et des plantes. Une première dans l’histoire du cinéma à laquelle il consacre quatre ans de tournage. Le prologue met en scène des enfants cueillant des fleurs. Flora, leur sainte patronne, préside la naissance de ces créatures.

Max Reichmann

DE 1926  8’ 

Image du film Das Blumenwunder

2 / 9

The Birth of a Flower

Percy Smith (1880-1944) était mondialement connu comme photographe de la vie végétale. C’est probablement le premier exemple britannique de photographie en accéléré appliqué à la croissance des plantes.

Percy Smith

GB 1910  ‘ 

Image du film The Birth of a Flower

3 / 9

Glimpse of the Garden

Un court-métrage expérimental qui montre des extraits d’un jardin avec comme bande sonore des oiseaux qui gazouillent. En 1958, le film a été primé à l’Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles. En 2007, le film a été inclus dans la sélection annuelle de 25 films cinématographiques ajoutés au National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès, étant jugé « culturellement, historiquement ou esthétiquement significatif ».

Marie Menken

USA 1957  5’ 

Image du film Glimpse of the Garden

4 / 9

A Study In Natural Magic

Soyez témoin du sort d’un alchimiste : la transmutation de la lumière en substance. Un aperçu de l’or.

Charlotte Pryce

UK 2013  3’ 

Image du film A Study In Natural Magic

5 / 9

Bouquet 1-10

Un film expérimental qui se concentre principalement sur des plans uniques de fleurs qui sont tissés image par image en un seul film.

Rose Lowder

FR/PE   11’ 

Image du film Bouquet 1-10

6 / 9

The Lilac Game

Une célébration du printemps et un jeu interactif auquel le public est invité à jouer.

Emma Piper-Burket

USA 2019  4’ 

Image du film The Lilac Game

7 / 9

Mothlight

Un film abstrait d’animation qui a été créé sans utiliser de caméra. Utilisant la technique du film direct, Stan Brakhage insère des feuilles et des insectes morts en sandwich entre deux pellicules. Le résultat est un scintillement d’ailes et de morceaux translucides à l’écran.

Stan Brakhage

USA 1963  4’ 

Image du film Mothlight

8 / 9

The Garden of Earthly Delight

Un collage d’images bidimensionnelles de la végétation, chacune n’apparaissant qu’un instant, parfois comme une seule image, le plus souvent avec d’autres morceaux de tige, de feuille, de bourgeon ou de pétale. 

Stan Brakhage

USA 1981  2’ 

Image du film The Garden of Earthly Delight

9 / 9

All my Life

Constitué d’une seule prise, ce film se concentre sur une clôture délabrée dans un champ rural, alors que « All My Life » d’Ella Fitzgerald joue sur la bande son.

Bruce Baillie

USA 1966  3’ 

Image du film All my Life

8 (10)
Ans

Alamar

Jorge, un pêcheur mexicain, et Roberta, une scientifique italienne, se sont connus alors que celle-ci travaillait au Mexique. De leur amour est né Natan. Mais Roberta et Jorge se sont séparés et l’enfant vit désormais à Rome avec sa mère. Alors qu’il a cinq ans, Natan vient passer des vacances avec son père et son grand père au Mexique, au large de la barrière de corail de Chinchorro. Au contact de cette nature presque originelle, une complicité se crée entre eux. « J’ai conçu Alamar comme une incursion éphémère au royaume de l’amour possible. » 

  • Fiction

73′

VOSTFR

Pedro González-Rubio

MX   2009

Ahora Film


8 (10)
Ans

La Roue Tourne

Programme de courts métrages – Compétition internationale

Difficile de mieux contextualiser l’état de notre planète qu’en mettant en scène un un ours polaire ingénieux qui reconstruit son habitat avec les déchets laissés par les êtres humains… Heureusement, la roue tourne, grâce à la solidarité des habitant·e·x·s d’une petite planète dont les actions communes forment un équilibre vital et solidaire ou encore grâce à la folle réorganisation sociale de limaces qui vivent et travaillent ensemble. L’espoir d’un nouveau monde surgit dans ces histoires drôles et ingénieuses.

  • Animation
  • Documentaire
  • Fiction

62 ‘

Sans dialogue et VF

1 / 8

Ah ces p’tits humains !

Un ours polaire fait des allers-retours entre son iceberg trop petit pour lui et les humains, afin de régler ses différents soucis.

Romain Gautreau

FR 2019  4’ 

Romain Gautreau

Image du film Ah ces p'tits humains !

2 / 8

Ebb and Flow

Au Nunavik, la marée est basse dans la Baie d’Ungava. Les enfants quittent le rivage et l’hélicoptère d’une entreprise d’exploitation minière s’approche de la plage. Au même moment, en France, au débarcadère d’un câble en fibre optique provenant d’Amérique du Nord, des enfants disparaissent dans le brouillard. Le mer se retire lentement, et la nature reprend le contrôle.

Thomas Kneubühler

CH 2019  6’ 

Thomas Kneubühler

3 / 8

Earthfall

Une animation expérimentale sur une catastrophe qui détruit tout sur son passage, mais du chaos émerge un aperçu d’un nouveau départ. Dans des dessins vivants faits à la main, le film est une exploration hypnotique et symbolique de la politique mondiale et un voyage intérieur à travers la façon dont une crise peut vous transformer.

Simone Hooymans

NO 2019  6’ 

Aldeles

Image du film Earthfall

4 / 8

Circuit

Sur une petite planète, enfermés dans leur propre petit univers intime, les habitants jouent avec poésie leurs actions surréelles, qui se répètent en une boucle sans fin. Mais ils ignorent qu’ils font tous partie d’un écosystème complexe qui ne fonctionne que parce que chacun joue son rôle.

Delia Hess

CH 2018  8’ 

Cinéma Copain

5 / 8

Diary Of Cattle

En Indonésie, dans le district de Padang, une décharge à ciel ouvert borde la forêt. Un paysage au relief accidenté qui sert de pâture à plusieurs centaines de vaches. Au milieu du ballet des pelleteuses et des camions qui déversent leur cargaison sur les flancs d’une montagne d’ordures, un troupeau se fraie un chemin à travers le chaos, à la recherche de quelque chose à brouter.

Lidia Afrilita, David Darmadi

ID 2019  17’ 

Lidia Afrilita David Darmadi

6 / 8

Floreana

Sur une île éloignée dans le futur, les gens se préparent à une mission importante.

Louis Morton

USA 2018  4’ 

Louis Morton

7 / 8

Orbit

L’énergie du soleil circule à travers la terre, alimentant le cycle de la vie. Tout est connecté dans une boucle naturelle, qui se répète, comme les disques circulaires des jouets optiques magiques. Ce rythme parfaitement équilibré est perturbé par les excès de l’homme, qui jette le cycle hors orbite et arrête temporairement la circulation de l’énergie dans la nature.

Martin Tess

NL 2019  7’ 

Martin Tess

8 / 8

Pourquoi les limaces n’ont pas de jambes

Il fut un temps où les limaces avaient des jambes. Mais déjà, leur lenteur empêchait les abeilles de s’activer à leur guise. Lors de la grande crise financière qui frappa la ville des insectes, les abeilles prirent une décision radicale pour sauver leur entreprise.

Aline Höchli

CH 2019  10’ 

Michèle Wannaz, Marcel Derek Ramsay


12 (14)
Ans

Swarm Season

Sélectionné par le comité artistique des jeunes

Swarm Season prend comme point de départ les efforts d’une mère et de sa fille pour élever des abeilles sauvages résistantes aux intempéries actuelles, le film nous plonge rapidement dans une atmosphère cosmologique et poétique. Le destin des abeilles est superposé à la construction controversée d’un télescope sur des terres autochtones sacrées, une simulation de la vie sur Mars par la NASA et les éruptions sous-marines d’un imposant volcan. Rapidement, les êtres humains cessent d’être à l’avant-plan et le film devient une odyssée sensorielle qui nous invite littéralement à voir le monde autrement.

  • Documentaire

86′

VOSTFR

Sarah J. Christman

USA   2019

Propolis Pictures

12 (12)
Ans

Nature profonde

Programme de courts métrages – Compétition internationale

De la sécheresse d’un lac au Moyen-Orient, à la fonte du glacier d’Aletsch en Suisse, en passant par les amas de déchets de plastique en Indonésie et la réalité sociale de trois frères et sœurs à Cuba, les films de ce programme nous plongent dans une nature profonde. Parfois magiques, parfois sombres, ces récits forment un kaléidoscope du monde vivant, aussi beau que repoussant. 

  • Animation
  • Documentaire
  • Expérimental
  • Fiction

74 ‘

VOSTFR

1 / 7

Where we Used to Swim

Le lac Urmia, dans le nord de l’Iran, était autrefois le plus grand lac du Moyen-Orient. Aujourd’hui, il ne reste que 5% du lac d’origine. Cet essai cinématographique observe les lieux du présent et du passé, et tisse une nouvelle narration avec des fragments d’identité et de mémoire.

Daniel Asadi Faezi

DE 2019  8’ 

Daniel Asadi Faezi

2 / 7

Basura

Roberth Fuentes utilise son corps pour performer et la caméra comme un outil pour non seulement documenter et faire des films, mais aussi pour raconter une histoire de lui-même et de sa communauté. Roberth s’occupe des nombreux problèmes auxquels lui et sa communauté sont confrontés, y compris les questions environnementales, en particulier les déchets et le plastique dans nos océans.

Roberth Fuentes

PH 2018  6’ 

Image du film Basura

3 / 7

Aletsch négatif

Aletsch est le plus grand glacier des Alpes. A travers une exploration jusque dans le corps du glacier le film offre une expérience visuelle forte et troublante qui questionne notre perception des échelles spatiales et temporelles ainsi que la nature même de ce que ces images nous donnent à voir.

Laurence Bonvin

CH 2019  11’ 

Laurence Bonvin

Image du film Aletsch négatif

4 / 7

Newspaper News

Une femme lit le journal avec une telle intensité qu’elle en est littéralement dévorée. Peinte sur ses pages, elle est témoin de certains des événements tragiques de notre époque, se noie dans les déchets de l’océan et est menacée par les éléments déchaînés par les changements climatiques. Pourtant, dans son désespoir, elle transforme ces ténèbres en mouvement et en art, et elle plante ainsi les graines de l’espoir.

Sophie Laskar-Haller

CH 2019  6’ 

Papier perforé / Punched paper films

5 / 7

Fauve

Sur le site d’une mine à ciel ouvert, deux garçons s’enfoncent dans un jeu de pouvoir malsain, avec la nature comme seul témoin.

Jeremy Comte

CA 2018  16’ 

Midi la nuit

6 / 7

Animistica

Une plongée dans l’obscurité et l’horreur, une célébration de la splendeur du pourrissement. Un kaléidoscope du monde vivant, horrifiant de beauté.

Nikki Schuster

DE, AT, MX 2018  7’ 

Fies film

7 / 7

Sweet Salty Wind

Quelque part sur la côte de Cuba, trois frères et sœurs passent la journée au bord de la mer. Laura Gabay les observe et avec eux le monde qu’il se construisent dans la solitude du rivage. De leurs gestes, de leurs jeux en apparence anodins, émerge peu à peu la réalité sociale, plus sombre, de l’île et de ses habitants.

Laura Gabay

CU, CH 2019  20’ 

Association Ecran Mobile


12 (14)
Ans

Les Bêtes du Sud Sauvage (Beasts of the Southern Wild)

Les Bêtes du Sud Sauvage (Beasts of the Southern Wild) se déroule au cœur d’un bayou sur les côtes de la Louisiane ou la petite Hushpuppy, 5 ans, tente de se débrouiller comme elle peut entre un père quelque peu dépassé et une mère absente. Jusqu’au jour où éclate l’ouragan Katrina… Entourée de ses voisines et voisins, une communauté de personnages un peu à part, la jeune battante devra affronter la montée des eaux et l’arrivée des aurochs, animaux sauvages disparus jusqu’alors… Premier long métrage du jeune réalisateur Benh Zeitlin, le film avait remporté le grand prix au festival de Sundance en 2012 et avait été nommé pour quatre oscars en 2013. 

  • Fiction

92′

VOSTFR

Benh Zeitlin

USA   2012

Cinereach